ASSOCIATION FRANCAISE POUR UN SPORT SANS VIOLENCE ET POUR LE FAIR PLAY

 
Espace adhérents
Fair Play AFSVFP
Bibliothèque

Ouvrages de l'association AFSVFP à consulter en version intégrale sur l'espace adhérents


POUR UN SPORT SANS VIOLENCE

Actes des entretiens de RUEIL du 13 mai 1981.
Points de vue médicaux et sportifs sur la violence dans les sports d’équipe. (Editions Pergamon Press, Paris) 1983.

SPORT, VIOLENCE, FAIR PLAY

Actes du rassemblement contre la Violence dans le Sport et autour du Sport du 31.10.85 à Paris (Salle du Bon Conseil). (Guéné Arts Graphiques, Evreux) 1986.

VIVE L’ARBITRE ! SANS ARBITRE, PAS DE SPORT !

Actes du colloque du 11.02.1987 au Parc des Princes à Paris. (Guéné Arts Graphiques, Evreux), 1988.

LA VIOLENCE ET LE VANDALISME DANS LE SPORT

La responsabilité des collectivités. - Actes du colloque du 11.05.89 au SÉNAT, à Paris. (Imprimerie de la Vallée d’Eure, Pacy), 1990.

SPECTATEURS ET SUPPORTEURS DEVANT LA VIOLENCE

Actes du Colloque organisé avec la Fédération des Associations de Supporters du Football Français
le 25.10.1989 à Paris au Parc des Princes. (Imprimerie de la Vallée d’Eure, Pacy), 1991.

L’ESPRIT SPORTIF ET LES JEUNES

Dans le cadre du Forum organisé à la Mairie de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), à l’occasion des IVe Jeux de l’Avenir (et des jeux nationaux de l’USEP), le 20 juin 1991. Naissance du « Code du Sportif » (Imprimerie Gaultier, 85110 Chantonnay), 1992.

L’ÉDUCATION À L’ESPRIT SPORTIF

Actes du 1er colloque organisé à la Maison du Sport Français le 21 octobre 1992 (Imprimerie Durand), 1993.

Si nous avons choisi cette année pour réflexion L’EDUCATION A L’ESPRIT  SPORTIF, c’est que les jeunes réunis l’an passé, en exprimant librement des vérités, les leurs, nous ont dit les nôtres, à nous adultes responsables de leur éducation.

Ils nous réclament plus d’esprit sportif dans la pratique du sport que nous pouvons leur en promettre.

Il faut écouter aujourd’hui ce que nous avons entendu hier. C’est-à-dire prêter attention au message transmis.

C’est pourquoi tous les participants directs ou indirects à l’éducation des jeunes sportifs : dirigeants de fédérations, entraîneurs, enseignants d’EPS et d’autres disciplines, animateurs d’associations, groupements de parents d’élèves, journalistes, et en particulier ceux de la Télévision ont été invités à participer le 21 octobre à la Maison du Sport Français à ce nouveau colloque sur « L’Education à l’Esprit Sportif », cet esprit que les jeunes  et les adolescents sont disposés à assimiler, avec l’espoir de le conserver ensuite, mais que nous ne sommes pas toujours formés nous-mêmes à dispenser avec assez de conviction.

UNION POUR L’ESPRIT SPORTIF

Actes du Rassemblement des présidents des Fédérations et Organismes Nationaux Sportifs français du 16 mars 1995 à la Maison du Sport Français à Paris. (C-communication, 28500 Vernouillet), 1995.

L’Association Française pour un Sport sans Violence et pour le Fair Play n’est pas un conseil de l’ordre que se donnerait à lui-même le mouvement sportif. Elle n’est pas non plus un « cercle d’utopistes », ni davantage un « chœur de nostalgiques ». Elle est devenue la force de proposition émanant des fédérations, reconnue auprès du Comité National Olympique et Sportif Français qui lui a donné une ‘délégation de mission permanente » en 1989, et auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports qui vient d’honorer la qualité de ces « quinze années » de travaux en l’incorporant dans le Collège des Institutions du Comité de l’Esprit Sportif avec le CIO, le CNOSF, l’UNESCO , le Sport Militaire et le CSA, plus quelques praticiens et journalistes pour qui les mots de loyauté et le respect de l’arbitre ont un sens.

Les membres de l’AFSVFP en sportifs bénévoles et néanmoins lucides, déclarent que la prévention sportive de la violence dans la société ne peut être rendue efficace si l’instrument éducatif que représente le sport est « plus atteint que le malade » qu’il soit soigner ; si l’esprit de justice et l’esprit de solidarité n’y président pas en exemple ; si le « civisme sportif » du respect des règles et la générosité morale qui ennoblissent le comportement humain demeurent de vains mots ; sis l’on ne traite pas effectivement les causes de la violence plutôt que d’en exploiter les effets pour quelque illusoire profit particulier antisportif et anticivique. Ne pas en avoir conscience ou ne pas s’engager soi-même, c’est manquer à ses responsabilités de citoyen sportif.

L’A.S. CREUSET DE L’ESPRIT SPORTIF

Actes du Rassemblement national des Associations sportives du 4 mai 1996 à la Maison du Sport Français à Paris. (C-communication, 28500 Vernouillet), 1996.

L’Association Sportive, structure fondamentale du sport français, est-elle un moyen essentiel de formation citoyenne ?

Au moment où s’amplifient les problèmes de violence, de tricherie, de dopage, de corruption, de racisme, etc…, ternissant l’image du sport, la mission éducative et sociale de l’Association Sportive, fondée sur l’expérience acquise, doit s’affirmer plus que jamais.

LE PUBLIC DU IIIe MILLÉNAIRE, GARANT DE L’ESPRIT SPORTIF

Actes du Rassemblement national du 27 mars 1997 à la Maison du Sport Français à Paris - (C-communication, 28500 Vernouillet), 1997.

Il paraît essentiel de développer le thème du « public positif », de son bon comportement garant de l’esprit sportif à l’aube du IIIe millénaire, et donc de rechercher les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir.

Au sein du mouvement sportif, des efforts sont poursuivis par les dirigeants, les éducateurs, pour inculquer l’esprit sportif auprès du public le plus large.

Mais le public sportif, protagoniste convaincu de l’esprit du jeu et de la fête, a, lui aussi, un rôle déterminant à jouer dans ce domaine.

LES MÉDIAS ET L’ESPRIT SPORTIF

Actes du Rassemblement national du 13 mai 1998 à la Maison du Sport Français à Paris - (C-communication, 28500 Vernouillet), 1998.

Le sport est avant tout un jeu. Il peut devenir éducatif et formateur, mais, il peut aussi entraîner les pires dérives.

Il peut, paradoxalement, être présenté comme un remède à bien des maux ou, au contraire, comme une incitation aux excès et perversions les plus dangereux.

Aussi, le journaliste sportif, professionnel de l’information, se trouve aujourd’hui, plus que tout autre citoyen, confronté à des contradictions intellectuelles et à des contraintes morales. Comment peut-il concilier le respect des règles déontologiques de son métier et l’éthique sportive ?

A l’instar du sport, en passe d’être dévoyé par le monde économique et idéologique, le journaliste sportif est vulnérable, parfois déboussolé, et il le sera d’autant plus qu’il s’éloignera du respect de l’Esprit Sportif sans lequel il n’est pas de sport.

Le journaliste sportif peut-il, au sein d’une société où les groupes de pression se font de plus en plus pesants, sauvegarder le bien qui lui est le plus cher, à savoir, sa liberté d’expression ?

ETHIQUE ET DOPAGE

Actes du Rassemblement de 30 pays européens de l’European Fair Play Movement EFPM
des 17 et 18 juin 1999 à la Maison du Sport Français à Paris (C-communication, 28500 Vernouillet), 1999.

Après Istanbul, Varsovie et Athènes, l’European Fair Play Movement a décidé d’aborder à Paris les thèmes de l’Ethique et du Dopage dans le cadre de son 5ème Congrès.

Ce rassemblement a été un événement EUROPEEN.

L’European Fair Play Movement devait saisir l’occasion de souligner l’originalité des prises de position courageuses prise par la France :
- Tirer les enseignements de mesures adoptées par tous les Etats européens ;
- Tendre à une harmonisation, une synthèse des actions menées par l’ensemble du mouvement sportif ;
- Tenir le rôle de catalyseur des initiatives à l’échelle européenne.

Les deux journées du 17 et du 18 juin 1999 ont été particulièrement propices à cette grande ambition : être à l’origine d’un élan européen redonnant au sport sa valeur éducative.

Une conviction unanime de tous les pays membres devrait entraîner un effet d’heureuse contagion au sein de l’ensemble des nations européennes

CHAMPION ! À QUEL PRIX ?

Actes du Rassemblement National du 26 avril 2000 à la Maison du Sport Français à Paris - (C-communication, 28500 Vernouillet), 2000

Au moment où les titres et les médailles font monter d’illustres podiums, des championnes et des champions comblés d’honneurs et d’argent, l’Association Française pour un SportSans Violence et pour le Fair Play entend prôner une réflexion sur ces femmes et ces hommes talentueux et passionnés, livrés aux pressions et à l’instrumentalisation.

Parmi ces héros de notre monde moderne, que la foule idolâtre, certains seraient-ils :
- Des illusions fugitives, des bulles de savons superbes, mais éphémères ?
- Des tricheurs, des marionnettes au service d’intérêts économiques ou politiques ?

Ils doivent être et rester des exemples pour une jeunesse avide d’exploits, à la recherche de références et de modèles.
Comment peut-on les aider à franchir sans dommages les étapes de leur ascension ? Comment peut-on les protéger des risques encourus avant, pendant et après leurs années de vie d’athlète consacré ?

Que peuvent-ils se permettre ?

LES PRIX NATIONAUX DU FAIR PLAY

ACADÉMIE DU FAIR PLAY - AFSVFP 1980-2000 (C-communication, 28500 Vernouillet), 2000.

ESPRIT SPORTIF ET FORMATIONS - ENJEU POUR LA VIE ASSOCIATIVE

Actes du Rassemblement National du 25 avril 2001 à la Maison du Sport Français à Paris - (C-communication, 28500 Vernouillet), 2001.

La fin du XXème siècle a été particulièrement marquée par l’avènement de la mondialisation de l’économie : la mise en œuvre de technologies interplanétaires a induit une profonde transformation des mentalités et sapé certaines valeurs fondamentales de notre civilisation ; elle tend à remettre en cause l’acquis historique, l’héritage émotif et culturel que le sport a enrichi tout en magnifiant le respect des droits de l’Homme et du Citoyen.

L’année 2001, premier pas symbolique du IIIème millénaire, verra la célébration du centenaire de la Loi de 1901, aboutissement d’une formidable lutte, et dont les périls actuels ne font qu’accentuer la valeur : l’attachement manifesté par 70% des Français (sondage CSA) à l’égard de l’activité sportive associative cultivant au quotidien une dimension essentielle de la vie démocratique, est certes rassurant ; il justifie notre démarche.

Le devoir de préserver l’âme de la vie associative et la liberté individuelle pour prévenir la violence dans le champ social, en appelle à la promotion vitale de l’éducation à l’esprit sportif face aux spéculations abusives sur le sport aux dépens de sa mission, et face à un envahissement de la professionnalisation qui, mal intégrée, risquerait de conférer un droit contre rémunération opposable au bénévole, à l’éducateur.

L’ensemble de la population s’émeut en constatant la disparition d’un certain nombre de repères et la multiplication des actes de violence perpétrés par des auteurs de plus en plus jeunes, dans et autour des établissements scolaires, dans et autour des stades.

ESPRIT SPORTIF ET FRANCOPHONIE

Actes du Premier Congrès de la Francophonie Sportive réunissant 31 pays francophones
3-4-5 avril 2002 à la Maison du Sport Français, 6 avril 2002 au Sénat à Paris - (C-communication, 28500 Vernouillet), 2002.

Pierre de Coubertin a assuré l’origine française de l’universalité du message sportif et a mis à jour sa formidable dimension politique.
De plus, les vecteur sportif, très porteur, reste étatiquement neutre, ce qui préserve sa crédibilité. Aussi, l’esprit sportif univsersel, par essence laïque humaniste, peut être considéré comme le support démocratique privilégié pour la promotion de l’unité et de la diversité des valeurs culturelles de la Francophonie.

L’idée francophone se fonde sur une réalité linguistique devenue handicapée, par son caractère élitiste, pour servir un projet politique et une ambition éthique justifiée. Mais, l’image de la francophonie renvoie aujourd’hui l’écho paradoxal d’un protectionnisme culturel, d’un état de survivance de valeurs humanistes. Or l’esprit de justice et de solidarité du sport est empreint de vitalité.
Dans un cadre revalorisateur, l’esprit sportif doit donc devenir le catalyseur de la dynamique de l’esprit français, le bras de levier de la « francitude » (1) au service des Droits de l’Homme. Par sa nature, il n’est plus seulement l’héritier de la France en tant qu’Etat, mais se pose en promoteur de la France en tant que concept humaniste.
En permettant, au travers de la francophonie, le développement de la défense et de la promotion de l’esprit sportif, ce dernier transforme la perception même de la première, rétablissant sa vocation universaliste : la francophonie n’est plus exclusive, elle devient agrégeante.

L’action concrète proposée par l’AFSVFP pour ce premier Congrès a été de définir les grands axes de l’action envisagée, au cours d’un Rassemblement des représentants nationaux (un par pays : (ministère ou mouvement sportif) de leurs ambassadeurs et des partenaires organisateurs.)
Ces travaux, réalisés sur le thème DEVELOPPER L’ESPRIT SPORTIF HUMANISTE DANS L’ESPACE FRANCOPHONE, comprendront un colloque sur eux jours, et se clôtureront par la PROCLAMATION DES RESOLUTIONS FRANCOPHONES DU CONGRES DE PARIS, préconisant l’adjonction d’un SUIVI (Rassemblement) dans le cadre des Sommets de la Francophonie…
L’organisation de ce SUIVI pourrait être assurée par l’AFSVFP, auprès du pays organisateur du Sommet francophone…
Ce premier Congrès doit être un EVENEMENT FRANCOPHONE DE SENSIBILISATION A L’ESPRIT SPORTIF.
La Francophonie doit saisir l’occasion de souligner l’originalité des positions prises par la France pour prévenir et lutter contre la violence et la tricherie. Chacun des pays réalisant à sa mesure les actions proposées, la Francophonie pourra :
- Tirer les enseignements des mesures adoptées par tous les pays francophones ;
- Tendre à une harmonisation, une synthèse des actions menées par l’ensemble des pays ;
- Tenir le rôle catalyseur des initiatives à l’échelle francophone et mondiale.

Les deux journées du Rassemblement à thème paraissent particulièrement propices à cette grande ambition : être à l’origine d’un élan francophone redonnant au sport sa valeur éducative et humaniste. Une conviction unanime de tous les pays membres devrait entraîner un effet d’heureuse contagion au sein de l’ensemble des pays francophones, et au-delà…

ESPRIT SPORTIF, DEVOIRS ET DROITS

30 avril 2003 à la Maison du Sport Français à Paris (C-communication, 28500 Vernouillet), 2003.

La fin du XX siècle a été particulièrement marquée par l’avènement de la mondialisation de l’économie : la mise en œuvre planétaire de technologies intercontinentales a induit une profonde transformation des mentalités et sapé certaines valeurs fondamentales de notre civilisation ; elle tend à remettre en cause l’acquis historique et l‘héritage culturel que le sport a enrichi en magnifiant les valeurs humanistes.

L’année 2001, premier pas symbolique du IIIème millénaire, a vu la célébration du centenaire de la Loi de 1901, aboutissement d’une formidable lutte, et dont les périls actuels ne font qu’accentuer la valeur : l’attachement manifesté par 70% des Français (sondage CSA) à l’égard de l’activité sportive associative cultivant au quotidien une dimension essentielle de la vie démocratique, justifie la défense commune de l’éthique sportive et citoyenne.

Le devoir de préserver l’âme de la vie associative et la liberté individuelle en prévenant la violence dans le champ social, en appelle aujourd’hui à la promotion vitale de l’esprit sportif : c’est un « enjeu de civilisation ». Les spéculations abusives sur le sport aux dépens de sa mission, notamment celles du monde économique, voire idéologique, agressent, sans vergogne, un des derniers remparts des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Le XXIème siècle est annoncé comme devant être spiritualiste ; l’esprit sportif laïc et humaniste constitue le garant du maintien de la compréhension universelle et de la paix : c’est une référence majeure de moralité.

Cette dimension sociétale crédibilise l’esprit sportif en même temps, qu’hélas, elle le fragilise, car les spéculations sur ses valeurs sont plus actives et médiatisées que sa défense par les citoyens et par l’Etat.

La délégation de service public attribuée à une fédération sportive n’implique pas le droit de sanctionner ni de récompenser au nom de la morale. Sa légitimité, apparemment conférée par l’adhésion au respect de règles communes lors de la prise d’une licence, n’est cependant pas encore confirmée dans un règlement fédéral par des articles aux motifs conséquents dont le citoyen signataire devrait avoir connaissance.

En démocratie, c’est l’éthique citoyenne qui prime le droit  et subordonne l’éthique sportive ; elle soumet l’organisation sociabilisée du sport à l’observance de l’article 1er de la loi de 1901 qui définit l’association comme une convention soumise aux principes généraux du droit applicables aux contrats et obligations.

A cet égard, les attributions de distinctions de l’esprit sportif fair play par l’AFSVFP, - agréée pour cela par l’Etat et assumant la délégation de mission permanente conférée par le CNOSF – représentent une initiative originale devenue traditionnelle et incontournable.

ESPRIT SPORTIF ET LAÏCITÉ

29 avril 2004 à la Maison du Sport Français à Paris (C-communication, 28500 Vernouillet), 2004.

Le Rassemblement 2004 doit aider à favoriser la mise en pratique de formation à une conscience citoyenne, en associant les valeurs morales de l’Esprit Sportif et celles de la Laïcité.

En premier lieu la laïcité et l’esprit sportif sont deux manifestations de l’éthique sociale.

Les relations entre esprit sportif et laïcité reviennent à la définition de deux valeurs éthiques qui ont toutes deux des conséquences juridiques et morales. L’idée républicaine, c’est que la république est laïque et que cela conduit à séparer l’Eglise et l’Etat pour assurer une liberté totale de conscience. La même logique se retrouve dans l’esprit sportif résultant d’un ensemble de règles éthiques qui exclut les débats d’ordre confessionnel (article 2 des statuts de l’association sportive) : ces règles relèvent de la conscience et donc de la liberté individuelle.

La laïcité et l’esprit sportif ont donc des natures proches : elles sont des règles éthiques dont la nécessité se fait sentir avec toujours plus de force en complément de la loi républicaine, car les deux concepts ont un objectif identique : l’amélioration des rapports humains dans le cadre social.

En second lieu, l’esprit sportif et la laïcité sont interdépendants.

L’interdépendance entre la laïcité et l’esprit sportif se caractérise par le fait qu’il ne peut pas y avoir d’esprit sportif sans laïcité et, d’autre part, que la laïcité poursuit les mêmes objectifs moraux que l’esprit sportif.

La laïcité est nécessaire à l’esprit sportif car elle garantit que les relations entre les sportifs ne sont pas modifiées par des différences de religion, de philosophie et de culture. L’acte sportif n’est pas un acte militant ou prosélyte. Il est un acte fondamentalement humain et universel. La force de l’esprit sportif, c’est de rassembler les individus sans tenir compte de leurs conceptions politiques, philosophiques ou religieuses.

L’universalité de l’acte sportif est ou doit être actuelle et concrète ; elle correspond aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qu’il faut promouvoir en interrogeant l’école de la République , l’école des médias et l’école des décideurs sur la place qu’ils réservent à l’esprit sportif vecteur de laïcité.

Esprit Sportif et Laïcité étant deux expressions interactives d’une seule et même conscience citoyenne, l’objet de cette journée de réflexion est de trouver des solutions concrètes en termes de formation pour transmettre la conscience citoyenne dans le domaine sportif et pour enraciner l’Esprit Sportif comme un vecteur privilégié de l’esprit républicain.

Alors que les questions touchant à la Laïcité retrouvent une pleine actualité dans notre pays et que s’ouvre l’ANNEE EUROPEENNE DE L’EDUCATION PAR LE SPORT, il apparaît opportun, au-delà des discours convenus, de confronter et de reconsidérer nos idées sur ces réalités complexes et sur leur évolution.

Rapprocher Sport et Laïcité, c’est quelque part affirmer le caractère laïc du sport et proclamer la liberté de conscience du Sportif Citoyen, au travers d’une pratique mêlant liberté et contraintes dans le respect des valeurs universelles.

Le Sport est porteur de vertus, mais de vertus qui s’enseignent, et c’est le sens des actions que mène l’AFSVFP depuis son origine pour le développement de l’esprit sportif.

Aussi ce Rassemblement qui prend en compte l’importance du Sport dans la conscience publique, tentera d’apporter des réponses concrètes à ceux qui militent pour que soient préservées et renouvelées ces valeurs afin qu’elles s’actualisent dans des attitudes et des manières d’être et d’agir, traduisant un « Esprit Sportif » synonyme de Comportement citoyen.

Dans ce sens, c’est une éthique sociale construite sur la tolérance, le respect d’autrui, le bannissement de toute forme de violence et d’exclusion qui doit se révéler dans le Sport et contribuer, par la promotion de l’Esprit Sportif, à une amélioration de la « Règle de vivre ensemble » dans un « esprit laïc » au-delà des différences sociales, ethniques ou confessionnelles.

ESPRIT SPORTIF ET CITOYENNETÉ

18 mai 2005 au CREPS de Toulouse Midi-Pyrénées (C-communication, 28500 Vernouillet), 2005.

Le devoir de préserver l’éthique citoyenne et la liberté individuelle en prévenant la violence dans le champ social, en appelle aujourd’hui à la défense et à la promotion de l’esprit sportif : c’est un « enjeu de civilisation ».

Le Rassemblement 2005 se doit de proposer une réflexion sur la fonction sociale et éducative du sport, tendant à enraciner les valeurs de l’esprit sportif au cœur des préoccupations citoyennes.

Il convient de rechercher les éléments fondamentaux d’une pratique dans l’esprit sportif, à partir de sa conception dans une Collectivité territoriale, afin d’aider à mieux structurer la promotion de sa fonction sociale et éducative au plan national.

Le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative s’est engagé dans une lutte contre les incivilités et dans une valorisation de la fonction sociale et éducative du sport.

Il faut saisir cette opportunité pour chercher à apporter aux pédagogies le fruit de réflexions nouvelles sur la base de réalisations concrètes, pour prévenir la violence et promouvoir l’esprit sportif et citoyen avec encore plus d’efficacité.

ESPRIT SPORTIF, ETHIQUE DE VIE

11 mai 2006, à Orléans (C-communication, 28500 Vernouillet), 2006.

L’AFSVFP organise une réflexion tendant à susciter une pédagogie de l’esprit sportif capable de transcender le comportement héréditaire et de sublimer ses vertus dans une éthique de vie.

Le Rassemblement 2006 propose de placer l’Homme en valeur suprême dans les formes d’expression de sa personnalité et de sa pratique sportive, susceptibles :
- De favoriser sa santé physique et mentale
- De faire prévaloir sa sensibilité et son inspiration sur son instinct primaire
- De dégager des références de vie personnelle et sociale, porteuses de la prééminence de l’humanisme sportif.

Il ne s’agit pas d’entrechoquer des idées récurrentes avec quelque souci d’une valorisation de soi-même fondée sur une dégradation de l’autre, cet illusoire « bouc émissaire » de notre propre incapacité à trouver des idées novatrices.

Il ne s’agit pas de dépoussiérer des valeurs pédagogiques portant à croire à une créativité d’auteur, tout en restant frileusement attaché à ne mettre en exergue que des rattrapages humains et citoyens dans des cadres déshumanisés.

Il s’agit de couper le « cordon ombilical » d’une réflexion philosophiquement assistée, produisant des normes de comportement à l’intention d’assistés sociaux, déjà devenus plus soucieux de leurs droits que de leurs devoirs.

Il s’agit de « larguer les amarres » des ambitions existentielles, pour tenter de trouver à travers le sport les réelles possibilités d’épanouissement de soi-même et d’une vie sociale harmonieuse.

L’AFSVFP, devenue un observatoire de la violence et une force de propositions, doit poursuivre son action de service de recherche et prévenir les effets pervers d’une récupération du sport, en proposant une approche éducative nouvelle qui donne au cœur sa raison d’espérer. « La définition de la folie est de refaire sans cesse la même chose et de s’attendre à des résultats différents ». Albert Einstein.

Des filières d’insertion sociale à caractère professionnel, articulées sur la culture, l’éducation artistique et l’information, existent dans les dispositifs de formation continue des communes, des départements et des régions.

Le thème de réflexion de ce Rassemblement national doit pouvoir valoriser des capacités personnelles propres à favoriser le goût et le sens de ces formations qui représentent autant de passerelles pour une insertion par le sport, pour une qualité de pratique sportive et de travail au quotidien, pour une bonne appréciation de l’économie et de la santé. Chaque âge est créateur de comportements spécifiques où l’excellence du sport peut atteindre une dimension artistique.

Une adaptation sommaire d’un adage de Voltaire, - emprunté au complexe d’Œdipe, écrit par Sophocle – « le 1er âge vit à quatre pattes, le 2ème âge vit à deux pattes, le 3ème âge vit à trois pattes (canne), permet de dégager mes trois objectifs prioritaires de ces formations : dans les trois âges, uniquement observé dans ses incidences relatives sur les formations individuelles, le différenciant du « fric » :
- L’exploitation des jeunes par l’argent s’oppose moralement à l’éducation pour une croissance bien menée… ;
- Le pouvoir donné par l’argent permet de conserver l’autonomie… ;
- Le bienfait physique et moral apporté par l’argent peut constituer une prévention des maladies cardio-vasculaires…

Mais au-delà de toute créativité personnelle et de quelque interprétation d’une influence extérieure qui altère l’éthique sportive, se pose à l’AFSVFP la question d’une ETHIQUE DE VIE dans un refus de reniements moraux, dans un devoir d’entreprendre avec le respect des générations à venir, dans un devoir immédiat de respect intergénérationnel…

Qu’il s’agisse de se référencier à l’éthique du jeu reposant sur le respect des règles, ou à l’éthique du sport qui fait partie des sciences de la vie, l’esprit sportif véhicule les principes universels de la « morale » et ses notions de « bien et de « mal » supposées statiques, principes fondés sur les Droits de l’Homme, dont la Déclaration de 1948 stipule des Devoirs envers la Société et des devoirs de la Société envers l’Homme, sans faire état de devoirs de l’homme envers l’homme…

Or, la déontologie de l’homme envers lui-même, envers sa propre condition d’homme, induit le respect de soi-même et responsabilise, engendre les devoirs de savoir-être pour un savoir-faire qui éclaire une éthique de vie humaniste…

Il faut saisir cette opportunité d’une réflexion qui sorte des sentiers battus pour savoir quelle est aujourd’hui l’importance et la perception du sport et de sa valeur éducative ; pour chercher à apporter aux pédagogies existantes l’oxygène humaniste de nature à élever l’approche des pratiques dans une philosophie de la sagesse de l’esprit sportif.

ESPRIT SPORTIF ET SANTÉ, PRIORITÉ VITALE

5 avril 2007, à Paris (C-communication, 28500 Vernouillet), 2007.

Le devoir de préserver l’humanisme et la liberté individuelle face à l’instrumentalisation du sport dans le champ social, en appelle aujourd’hui à la protection de la santé par la promotion de l’esprit sportif : c’est une priorité vitale.

Le Rassemblement national 2007 axe sa recherche sur les étroits liens qui unissent l’esprit sportif et les multiples facettes de la santé.

Il peut d’abord s’agir de la santé de l’individu : la pratique régulière et sans excès du sport entretien la santé du corps et l’équilibre de l’esprit ; il ne s’agit pas ici de rechercher une amélioration des performances, mais de rechercher comment l’enracinement de l’esprit sportif contribue à trouver les voies développant « un esprit sains dans un corps sain », en évitant toute dérive funeste envers soi-même.

Il faut également réfléchir sur le comportement des individus vis-à-vis des autres, vis-à-vis de la société : la lutte contre tous types de violence et de tricherie, mais aussi contre l’indifférence, doit préserver la santé du corps social.

L’esprit sportif véhicule une notion universelle de justice et de solidarité sur la base du respect des règles communes, avec des principes de morale fondés sur les Droits de l’Homme et que le sport doit traduire en termes de devoirs

La lutte pour la protection de la santé est une des composantes de l’humanisme. Il s’agit de prévenir les dérives d’une instrumentalisation du sport à des fins de domination de l’Homme, de combattre l’exploitation des jeunes par l’argent qui s’oppose moralement à l’éducation pour une croissance bien menée, notamment face au dopage.

Il faut saisir cette nouvelle opportunité d’une réflexion qui sorte des sentiers battus pour savoir quelle est aujourd’hui l’importance et la perception de l’esprit sportif humaniste, afin d’apporter aux pédagogies existantes une élévation de l’approche des pratiques dans une philosophie de l’action et de la sagesse de l’esprit sportif.

L’AFSVFP veut être une force de propositions ; elle doit poursuivre son action de service de recherche à l’aube du troisième millénaire, en relevant les aspects néfastes des comportements individuels et sociaux et en proposant des solutions sportives et pédagogiques susceptibles de permettre :
- D’assurer la santé morale par la conscience de soi ;
- De préserver la santé du corps social ;
- De valoriser l’humanisme sportif pour étayer les valeurs républicaines.

ESPRIT SPORTIF ET CIVILISATION

24 avril 2008, à Poitiers (C-communication, 28100 Dreux), 2008.

Dans la perspective d’un développement durable, le Rassemblement 2008 se doit de revisiter :
- L’état de santé de l’individu : la pratique régulière et sans excès du sport entretient la santé du corps et l’équilibre de l’esprit ; au-delà des performances, rechercher comment l’esprit sportif peut contribuer à trouver le voies développant « un esprit sains dans un corps sain », en évitant toute dérive funeste envers soi-même : il s’agit de démontrer l’importance des connaissances d’ordre psychologique, émotionnel et nutritionnel propres à l’esprit sportif ;
- L’état de la santé du corps social : réfléchir sur le comportement des individus vis-à-vis des autres, vis-à-vis de la société ; sur la lutte contre la violence et la tricherie, mais aussi contre l’indifférence qui altère le lien social : il s’agit de valoriser les repères moraux de l’esprit sportif, face aux dangers encourus par la transformation brutale des mentalités ;
- L’état de la santé humaniste et républicaine : le sport véhicule une notion universelle de justice et de solidarité sur la base du respect de règles communes acceptées par contrat, avec des principes de morale fondés sur les Droits de l’Homme et du Citoyen et qu’il sait traduire en termes de devoirs… ; il s’agit de distinguer la laïcité de l’esprit sportif qui en fait un pilier de l’éthique sociale, de valoriser sa spiritualité civile et sa mystique philosophie, afin de favoriser l’avènement d’une laïcisation des consciences par la fraternité sportive…

Il s’agit d’abord de prévenir les dérives d’une instrumentalisation du sport à des fins de domination de l’Homme, de combattre l’exploitation des jeunes par l’argent, moralement contraire à l’éducation pour une croissance bien menée.
Il s’agit aussi de favoriser la protection de l’environnement naturel et social, non par l’écologisme devenu un mouvement politisé, mais par une véritable écologie : « Science qui étudie les relations des êtres vivants entre eux et avec leur milieu » : une éducation dans l’esprit sportif humaniste fondée sur un socle de valeurs de civilisation, sur des références morales codifiées, institutionnalisées et universalisées dans un bain multiculturel ludique, un espace de liberté, d’égalité et de fraternité, et capables de structurer durablement les mentalités en respect de l’acquis historique du pays des Droits de l’Homme et de l’héritage émotif et culturel particulier des français.

Il faut saisir cette opportunité d’une réflexion d’actualité pour valoriser la dimension éducative de l’esprit sportif humaniste et universel, face à la mondialisation de l’économie et de la communication qui disperse la conscience, face à l’utilisation abusive du sport en support de guerre économique ou en vecteur de guerre idéologique, et de permettre de :
- Restaures les valeurs perdues de notre civilisation, porteuses d’une expérience et génératrices de confiance, en remettant des formes culturelles solides dans notre projection vers l’avenir qui appelle des modalités concrètes ;
- Refonder une philosophie du savoir-vivre, en passant du TOUT AVOIR au MIEUX ÊTRE, du QUANTITATIF au QUALITATIF, de « l’homo-économicus » à l’être humain libéré, lucide, distancié et responsable ;
- Respecter la pluralité de l’humanité et de l’interférence positive entre toutes les cultures sur la base inaltérable de la laïcité, des droits de l’Homme et du citoyen.

L’AFSVFP doit et veut être une force de propositions ; à l’aube du troisième millénaire, elle doit poursuivre son action de service de recherche en relevant les aspects néfastes des comportements individuels et sociaux. Il ne s’agit plus de dire POURQUOI, mais de dire COMMENT en proposant des solutions sportives et pédagogiques, dans le but :
- D’assurer une croissance harmonieuse du genre humain ;
- De favoriser un développement durable du corps social…
- De pérenniser les valeurs humanistes et républicaines.

ESPRIT SPORTIF ET DÉMOCRATIE

23 avril 2009, à Rennes (C-communication, 28100 Dreux), 2009.

Face à la mondialisation de l’économie et de la communication qui disperse la conscience humaine et citoyenne, et face à l’utilisation abusive du sport en support de guerre économique ou en vecteur de guerre idéologique, «  … l’enjeu de notre civilisation est de savoir si nous entendons former des citoyens responsables, jouissant de droits et assurant des devoirs … » (Frédéric LONNE)
Or nous dit Claude-Louis GALLIEN :
« … Dans la vie de chaque civilisation, on peut identifier trois étapes majeures :
- Une étape d’embryogénèse, de jeunesse. C’est la forme primitive correspondant à un stade de transition entre l’anarchie et l’organisation centralisée qui se développe avec l’autorité religieuse puis féodale, pour se cristalliser dans le pouvoir monarchique.
- Une civilisation qui parvient à dépasser cet état primitif accède à une forme évoluée. Dans les sociétés « adultes » la monarchie cède le pas à une aristocratie ou une oligarchie. Dans les civilisations parvenues à maturité le pouvoir peut être exercé par le peuple tout entier : c’est la démocratie.
- Les civilisations vieillissantes développent enfin une forme surévoluée. La démocratie succombe au populisme et devient une hyperdémocratie ou une tyrannie populaire (Platon), se revendiquant suivant les cas de la « dictature du prolétariat », ou du « socialisme libéral ».

Parvenues à ce stade, les civilisations peuvent mourir de leurs propres excès…

… nous vivons actuellement une forme surévoluée de notre civilisation occidentale, et il serait sans doute temps de s’en préoccuper !

La post-modernité et la globalisation font actuellement émerger un nouvel ordre mondial où l’intérêt privé domine l’intérêt public, ce qui provoque un affaiblissement des démocraties représentatives et une résurgence de la radicalisation des systèmes autocratiques. C’est une « ploutocratie », qui se met en place au niveau mondial cette fois, un gouvernement international des riches pour les riches avec une nouvelle éthique, celle du profit à court terme. Si faire du profit c’est une éthique alors tout est permis.
Avec le 21ème siècle, le monde est rentré dans une forme surévoluée de civilisation, un social libéralisme autoritaire mais anonyme, une période de déshumanisation où les pouvoirs financiers irresponsables organisent sans les assumer la misère physique et intellectuelle des hommes, l’appauvrissement du monde vivant et la destruction de la nature. C’est un enjeu majeur pour l’humanité, que de parvenir à enrayer ce processus catastrophique et de réorienter de façon durable l’évolution de notre civilisation en agissant sur l’éducation des jeunes.

Le sport et l’esprit sportif peuvent et doivent jouer un rôle essentiel dans cette éducation… »

Le Rassemblement 2009 « Esprit Sportif et Démocratie » propose de définir ce rôle et une pédagogie capable de prévenir les dérives néfastes d’une instrumentalisation du sport à des fins de domination de l’Homme, et en priorité, de développer une formation à l’esprit sportif sous l’angle prioritaire de sa culture démocratique au bénéfice de la conscience citoyenne.

Une éducation dans l’esprit sportif fondée sur un socle de valeurs de civilisation, sur des références morales codifiées, institutionnalisées et universalisées dans un bain multiculturel ludique, un espace de liberté, d’égalité et de fraternité, est capable de transcender durablement les mentalités, de la discipline à l’autodiscipline, pour assurer un équilibre dans un déséquilibre ambiant.

Il faut saisir cette opportunité d’une réflexion d’actualité à l’aube du troisième millénaire, et dire POURQUOI les éléments fondamentaux de la pratique dans l’esprit sportif constituent les références inaltérables et les plus efficaces pour maintenir la prééminence indispensable des valeurs démocratiques ; il s’agit aussi de dire COMMENT il est possible, grâce à l’esprit sportif , d’assurer une croissance harmonieuse du genre humain, de favoriser un développement durable du corps social, de pérenniser les valeurs humanistes et républicaines…

ESPRIT SPORTIF ET DISCRIMINATIONS

22 avril 2010, à Paris (C-communication, 28100 Dreux), 2010.

Le Rassemblement 2010 « Esprit Sportif et Discriminations » propose de traiter les atteintes aux Droits de l’Homme et du Citoyen dans le sport, afin de développer une formation à l’esprit sportif sous l’angle prioritaire de sa culture démocratique de l’égalité.

L’éducation à l’esprit sportif, - fondée sur un socle de valeurs de civilisation et offrant un bain multi culturel ludique dans un espace laïque de liberté, d’égalité et de fraternité – est seule capable de transcender les mentalités pour assurer le respect de l’autre, de sa différence, dans le respect de soi-même et de la règle commune.

Il faut saisir cette opportunité d’une réflexion d’actualité et dire : POURQUOI les valeurs de l’esprit sportif constituent des références inaltérables pour maintenir la prééminence indispensable de la démocratie dans le respect des Droits de l’Homme et du Citoyen ; COMMENT il est possible, grâce à l’esprit sportif :
- d’assurer une croissance harmonieuse du genre humain ;
- de favoriser un développement durable du corps social ;
- de pérenniser les valeurs humanistes et républicaines, dans un refus citoyen de toute forme de discrimination…

ESPRIT SPORTIF ET RÉPUBLIQUE

21 avril 2011, à Paris (C-communication, 28100 Dreux), 2011.

Le Rassemblement 2011 « Esprit Sportif et République » vise d’abord à dégager les valeurs morales qui sont constitutives de la République et à décliner les comportements sociaux qui y portent atteinte.
D’emblée, nous pouvons dire que la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » est constitutive de l’identité républicaine, et que toute pédagogie de formation citoyenne dans l’esprit sportif apparaît devoir favoriser l’expression des vertus individuelles élevées à la conscience éthique de ces valeurs communes, dans la recherche de l’épanouissement individuel et de l’harmonie collective.
Rappelons Lacordaire pour situer la notion de « liberté » : « Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, c’est la liberté qui opprime et c’est la loi qui affranchit ». Les citoyens ne sont libres que par l’application de la règle devant laquelle se joue aussi leur « égalité » relative…  En effet, ils « ne naissent et ne demeurent » pas égaux devant quatre formes d’inégalités : physique, intellectuelle, sociale-naissance, connaissance… ce qui altère finalement leur esprit de fraternité.
Mais, « que seraient les français sans leur République ? ». Des Sujets… Dès lors, la défense de ses valeurs est capitale. Aucune personne physique ou morale, aucune communauté culturelle ne peut prévaloir de l’esprit républicain sans pouvoir justifier d’une coopération civique au respect prioritaire de ses principes fondamentaux et de la culture qui les a engendrés.
Le sport forme au respect de ces principes salutaires, dans son espace où respirent la liberté, l’égalité et la fraternité.
Parce que l’esprit sportif résulte d’une libre adhésion individuelle au respect de ses règles et qu’il place les pratiquants sur la même ligne de départ, il constitue en soi un facteur primordial de justice et de solidarité.
Il s’agirait donc de distinguer les valeurs des dénominateurs communs de l’Esprit Sportif et de la République : justice et solidarité. La République les pose en principes fondamentaux ; l’esprit sportif les propose en moyens mesurables de formation éthique avec sa « Science des devoirs à remplir » : sa déontologie, fondée sur le respect de la règle sportive qui induit le respect de la loi républicaine, et donc sur le respect laïque des Droits de l’Homme et du Citoyen qui imposent les devoirs.
Si la laïcité se transcende en point d’appui, l’esprit sportif s’offre-t-il en bras de levier de l’esprit républicain ?
Il faut saisir cette opportunité d’une réflexion d’actualité, à l’aube du troisième millénaire, et dire POURQUOI les valeurs de l’esprit sportif constituent les références inaltérables et les plus efficaces pour maintenir la prééminence indispensable des valeurs républicaines ; il s’agit aussi de dire COMMENT il est possible, grâce à l’esprit sportif :
- d’assurer une croissance harmonieuse du genre humain, d’une discipline à l’autodiscipline du comportement ;
- de favoriser un développement durable du corps social, dans un respect de la conscience humaine et citoyenne ;
- de pérenniser des valeurs républicaines, dans un développement de l’humanisme universel fédérateur…

ESPRIT SPORTIF ET HUMANISME

24 avril 2012, à Paris (C-communication, 28100 Dreux), 2012.

Le Rassemblement 2012 « Esprit sportif et Humanisme » doit permettre de débattre sur les diverses conclusions des travaux antérieurs :
- placer l’Homme en valeur suprême et valoriser sa conscience humaine et citoyenne respectueuse de la pluralité de l’humanité et de l’interférence positive entre toutes les cultures… en citoyen du monde et d’un pays ;
- favoriser l’équilibre individuel et social dans le déséquilibre ambiant provoqué par l’agression de nos valeurs de civilisation ;
- structurer la personnalité individuelle, en transcendant la discipline sacrificielle imposée grâce à une pédagogie de l’autodiscipline visant à l’épanouissement de l’être humain et de son sens du devoir ;
- refonder une philosophie du savoir-vivre qui respecte les multiples facettes de la santé dans la perspective d’un développement durable ;
- valoriser la culture sportive dans sa capacité à mesurer et harmoniser les aspects scientifiques, juridiques et moraux ;
- rechercher dans l’esprit sportif les éléments d’appréciation d’une spiritualité civile, laïque et humaniste…

Parce que le sport offre un espace unique où se cultive la liberté, l’égalité et la fraternité ;
Parce que le respect de la règle sportive induit le respect de la loi sociale par les jeunes les plus réfractaires ;
Parce que l’esprit sportif résulte d’une libre adhésion et qu’il corrige les inégalités et les discriminations…

…il faut saisir cette opportunité d’une réflexion d’actualité, à l’heure de la mondialisation économique et culturelle, et dire POURQUOI les valeurs de l’esprit sportif constituent les outils les plus efficaces pour garantir les Droits de l’Homme et du Citoyen, ce qui s’impose aujourd’hui à tous et à chacun en termes de DEVOIRS.

Il s’agit aussi de dire COMMENT il est possible, grâce à l’esprit sportif :
- d’assurer une croissance harmonieuse du genre humain, en passant d’une discipline à l’autodiscipline du comportement ;
- de favoriser un développement durable du corps social, dans un respect de la conscience humaine et citoyenne ;
- de transcender le comportement héréditaire pour un développement spirituel servant l’humanisme universel…

ESPRIT SPORTIF ET TRADITIONS

25 avril 2013, à Clermont-Ferrand (C-communication, 28100 Dreux), 2013.

Le Rassemblement national 2013 « Esprit Sportif et Traditions » a pour ambition de :
- valoriser la culture sportive rurale dans sa capacité à mettre en œuvre les aspects scientifiques, juridiques et moraux d’un développement durable, dans le respect de l’héritage émotionnel, culturel et patrimonial ;
- reformuler les capacités de la culture sportive régionale pour réguler l’équilibre individuel et social au quotidien ;
- refonder une philosophie du savoir vivre ensemble qui vivifie les us et coutumes traditionnels par la pluralité de l’expression des cultures et des pratiques dans l’humanisme sportif.

Parce que le sport offre un espace unique où se cultive la liberté, l’égalité et la fraternité ;
Parce que le respect de la règle sportive induit le respect de la loi sociale par les jeunes les plus réfractaires ;
Parce que l’esprit sportif résulte d’une libre adhésion et qu’il corrige les inégalités et les discriminations…

…Il faut saisir cette opportunité d’une réflexion d’actualité à l’aube du 3e millénaire et d’une mondialisation économico-philosophique qui altère les rapports humains, et dire comment les valeurs de l’esprit sportif constituent les outils les plus efficaces pour affirmer et relativiser les différentes formes de l’indispensable identité individuelle, collective et culturelle…

ESPRIT SPORTIF ET CIVISME

6 mai 2014, à Toulon (C-communication, 28100 Dreux), 2014.

Le Rassemblement 2014 « Esprit Sportif et Civisme » est directement complémentaire des thèmes précédents, en ce qu’il peut permettre de démontrer l’importance capitale de la règle qui authentifie le sport, dans toute éducation citoyenne :
- elle impose de « desporter » la finalité destructive du geste guerrier vers un jeu humanisé ;
- elle transforme les vertus humaines en valeurs sociales, dans le concept psycho-social de l’agression ;
- elle transcende le respect du droit formel en termes de devoirs éthiques, de la discipline à l’autodiscipline…

Le respect de la règle sportive induit, favorise et humanise le respect de la loi républicaine :
-
Les valeurs morales du sport se fondent sur les principes éthiques fondamentaux d’un JEU qui rassemble et non d’un ENJEU qui divise ;
- l’effet contraignant est d’autant mieux accepté que la participation à l’activité résulte d’un engagement volontaire et non d’un état de fait ;
- le sentiment de LIBERTE (…entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime et c’est la règle qui libère… affranchit… Lacordaire), d’EGALITE relative à l’équité et de FRATERNITE qui en résulte, en font un instrument primordial de formation civique au respect des Droits de l’Homme et du Citoyen par le sens des Devoirs Républicains.

Notre démarche devra rappeler la primauté du suffrage universel et de l’élection des législateurs par le peuple : en démocratie républicaine, l’éthique prime le droit… et doit être désormais placée au cœur des pédagogies et des services, comme l’élément fédérateur des consciences civiques le mieux à même d’assurer un lien social et d’harmoniser les différentes sensibilités.

Une éducation dans l’esprit sportif, - fondée sur un socles de valeurs démocratiques et les références éthiques codifiées, institutionnalisées et universalisées du sport qui offre un espace laïque de liberté, d’égalité et de fraternité – est capable de structurer durablement les mentalités, de la discipline à l’autodiscipline, pour assurer un nouvel équilibre moral dans un déséquilibre ambiant.

L’esprit sportif fondé sur le respect et la règle essentiellement humaniste et citoyenne, doit être le fil conducteur de travaux traitant des valeurs civiques, civiles et militaires, avec une ouverture sur le Bassin méditerranéen, où s’enracine notre histoire du sport et où surgit à présent un besoin de valorisation, d’échange et de respect mutuel des diverses identités culturelles.

ESPRIT SPORTIF ET PERSONNALITE

28 mai 2015, à Toulon (C-communication, 28100 Dreux), 2015.

Le Rassemblement 2015 « Esprit Sportif et Personnalité » se veut le point d’orgue des thèmes précédents, par une définition de pédagogies qui structurent la personnalité en élevant l’expression des vertus humaines dans le respect des règles communes, vers un comportement citoyen responsable refusant la violence, la tricherie et toute discrimination.

Une éducation pratique dans l’esprit sportif, - fondée sur le socle des valeurs démocratiques et des références éthiques et institutionnel du sport – est devenue seule capable d’assurer une formation laïque à la liberté, l’égalité et la fraternité républicaine, par sa capacité ludique à instruire, à faire ressentir et à réguler les Devoirs de l’Homme et du Citoyen.

La structuration de l’espace réalisée par la pratique du sport offre des repères à l’expression individuelle et collective, de nature à mesurer les capacités physiques et mentales pour un équilibre personnel, par une maîtrise psychologique de l’agressivité et un rapport constructif à l’autre et à l’environnement, ce qui ouvre les portes de la connaissance des trois domaines scientifiques majeurs concernant une prévention effective de la violence et de la tricherie :
- Le concept psychologique de l’agressivité : énergie positive à maîtriser ;
- Le concept psycho-social de l’agression : l’individu/la règle, véritable chantier de l’éducation sportive ;
- Le concept sociologique de la violence : conséquence négative aux effets abusivement exploités aux dépens d’un traitement effectif de ses causes…

Ce Rassemblement 2015 propose de rechercher une valorisation culturelle de ces éléments et principes éducatifs fondamentaux dans l’esprit sportif, pour un épanouissement de la personnalité à partir de l’ancrage moral de l’identité individuelle, évitant l’écueil de supports identitaires inconséquents pris au piège d’un besoin politique urgent de définir une identité collective tout en sanctionnant l’identité individuelle, alors qu’elle est essentielle.

 Réaction aux évènements 

Notre comité d'éthique s'exprime sur les faits d'actualité.
Retrouvez les coups de coeur qui soulignent les beaux actes Fair Play et les coups de gueule qui sanctionnent les violences et l'irrespect des valeurs du sport.

 Ethique sportive par le ministère des Sports

Listes de guides pour vous aider à parler de l'éthique sportive
Ethique sportive pour les dirigeants
Ethique sportive pour les entraineurs
Ethique sportive pour les sportifs
Guide juridique violences incivlités discriminations

 Dates à retenir

Jeudi 23 mars 2017
Assemblée Générale Elective 2017 à la Maison du Sport Français

Mercredi 26 avril 2017
Rassemblement annuel, lieu et thème à venir

Mercredi 31 mai 2017
Date limite de remise des dossiers pour les Prix nationaux du Fair Play IRIS DU SPORT 2017

Jeudi 30 novembre 2017
Cérémonie de la remise des Prix nationaux du Fair Play IRIS DU SPORT 2017 au CNOSF



  Vidéo à la une

MENTIONS LEGALES - © Copyright AFSVFP - 1, avenue Pierre de Coubertin - 75640 Paris Cedex 13 - 01 40 78 28 43